L’ARBRE, LE MAIRE
ET LA MEDIATHEQUE
spectacle en extérieur

CREATION 2021
D’APRES LE SCENARIO D’ERIC ROHMER / ADAPTATION ET MISE EN SCENE THOMAS QUILLARDET

« On abat toujours les arbres. On dit qu’on les conservera et sous un prétexte quelconque, en une heure hop, on les abat ni vu ni connu. Il y a toujours une bonne raison : les accès, les canalisations, les lignes électriques, la vue qu’ils bouchent, comme si la plus belle vue ce n’était pas celle d’un arbre. »
L’instituteur dans L’Arbre, le Maire et la Médiathèque d’Eric Rohmer

A l’origine de ce nouveau spectacle, il y a la proposition des directeurs du Théâtre de la Tempête à Paris de créer un spectacle chez eux. Chez eux, pour moi, c’est bien sûr leur théâtre, mais c’est aussi la Cartoucherie. Je pense à cette petite enclave pleine de douceur, de nature et de spectacles. Alors créer un spectacle pour ce lieu, oui mais lequel ? Celui du dedans ou celui du dehors ? J’ai eu envie de rassembler les deux.  Le Théâtre de la Tempête et ses arbres. Du théâtre dans la nature.
Pour ce faire, il fallait un texte qui ne soit pas un prétexte à l’extérieur. Un texte qui célèbre la nature, que le paysage en soit le sujet, voire que le paysage soit le spectacle. Je me suis alors souvenu d’un film d’Éric Rohmer qui a justement pour sujet un paysage, en l’occurrence un pré et un arbre. En relisant ce scénario écrit en 1992, je me rends compte qu’il y est question de génération future, d’écologie politique, d’architecture et d’agriculture. Il y a l’intuition d’une inquiétude dans ce film. Les thèmes qui nous obsèdent aujourd’hui y sont abordés avec une fausse légèreté.
Dans cette fable politique, Éric Rohmer conte l’histoire de Julien, ambitieux maire socialiste, qui souhaite doter son petit village vendéen d’une grande médiathèque. L’initiative a le soutien du gouvernement, un architecte a dessiné tous les plans, tout va pour le mieux. Mais plusieurs villageois, l’instituteur Marc Rossignol en tête, s’opposent farouchement à un projet coûteux et disproportionné, qui exigerait en outre probablement d’abattre l’un des vieux arbres du village. Un combat idéologique s’engage.

AVEC Clémentine Baert, Benoit Carré, Florent Cheippe, Guillaume Laloux, Malvina Plégat, Anne-Laure Tondu, Jean Baptiste Tur et un enfant
DUREE : 45 min
Création du 1er au 20 juin 2021 au Théâtre de la Tempête – Paris

DIFFUSION 2020.2021
1er au 20 JUIN 2021 THEATRE LA TEMPETE _ PARIS CREATION